Bâtisseurs d'Afrique - Portraits d’entrepreneurs engagés

Illustration Bâtisseurs d'Afrique
Afrique
Portraits d’entrepreneurs engagés
Issu de la collaboration entre le groupe Investisseurs & Partenaires (I&P) – partenaire de longue date de Proparco – et l’auteure Nathalie Madeline, le livre « Bâtisseurs d’Afrique » (éditions Eyrolles) retrace les parcours inspirants de onze entrepreneurs africains.

Né(e)s à Madagascar, au Sénégal, au Mali, en Mauritanie… ou en France, ils et elles se sont lancé(e)s sans complexe dans l’aventure entrepreneuriale, dans les domaines de l’agrobusiness, de la santé, de l’énergie ou de l’immobilier, avec comme objectif de rendre accessibles à tous des biens et services essentiels et de servir la communauté.

Nathalie Madeline retrouve au travers de ces parcours des thèmes qui lui sont chers : l’engagement pour le développement, l’entrepreneuriat responsable, l’impact social et environnemental.
Proparco a apporté son soutien à ce nouveau projet qui illustre l’impact considérable du secteur privé sur l’ensemble de l’économie africaine et sur l’amélioration des conditions de vie locales..  

L’auteure et les partenaires de diffusion du livre, Investisseurs & Partenaires et Proparco en sont convaincus : ces témoignages sont plus que jamais éclairants en cette période d’incertitudes liées à la crise du Covid-19 et à la nécessité de penser des modèles économiques respectueux de l’homme et de l’environnement.

« Plus que jamais, l’avenir de l’Afrique repose sur la réussite de ses millions de start-up, de TPE et PME qui représentent 90% du tissu entrepreneurial et 60% des emplois à l’échelle du continent. Chacun des « Bâtisseurs d’Afrique » présenté dans le livre invente une nouvelle manière d’entreprendre, plus durable et plus vertueuse. Proparco est très fière d’être associée, aux côtés d’I&P, partenaire de longue date, à ce travail de témoignages qui apporte un éclairage précieux sur les parcours de ces entrepreneurs passionnés. »

Grégory Clemente, Directeur général de Proparco

Couverture de Bâtisseurs d'Afrique
MIEJA VOLA RAKOTONARIVO
MIEJA VOLA RAKOTONARIVO – NUTRI’ZAZA (MADAGASCAR)
Mieja est née à Madagascar, de parents actifs et fonctionnaires. Après une école d’Agronomie à Tananarive, elle quitte Madagascar, et passe trois ans à l’Ecole nationale des industries agricoles et alimentaires (devenue SupAgro), section « Régions chaudes » à Montpellier. Après l’obtention de son diplôme, le GRET lui propose un emploi à Madagascar qu’elle accepte : responsable de région en zone rurale.

Puis, en 2011, le GRET et ses partenaires cherchent la bonne personne pour mener le projet de lutte contre la malnutrition dans un cadre entrepreneurial. Mieja se lance alors dans l’aventure et prend la direction générale de Nutri’Zaza.

Nutri’Zaza est une entreprise à vocation sociale dont l’objet est de lutter de manière pérenne contre la malnutrition infantile chronique à Madagascar. L’entreprise a développé un réseau de restaurants pour bébés (hotelin’jazakely), distribue un aliment de complément, le « Koba Aina », qu’elle s’efforce de rendre accessible à tous, met à disposition des familles un espace de contrôle de santé des enfants avec une pesée régulière et assure une surveillance face à la sous-nutrition.

I&P a investi dans Nutri’Zaza 35 000 € en 2012. « I&P m’a appris à maîtriser la compta, la finance, les ratios, les tableaux. Je n’aurais pas progressé autant sans eux. Autre élément clé, ils m’ont appris à décider. », souligne Mieja Vola Rakotonarivo.
KHADIDIATOU NAKOULIMA
KHADIDIATOU NAKOULIMA – NEST (SÉNÉGAL)
Khadidiatou est une jeune femme sénégalaise, diplômée de l’école des Mines de Paris. Elle a grandi dans une famille de médecins, son père et ses oncles exerçant la profession. Le domaine de la santé au Sénégal lui est donc familier, et les histoires de ces femmes ayant perdu confiance dans le système de santé sénégalais, faute d’écoute et d’attention, ont servi de moteur et de ligne directrice au projet NEST.

Elle rentre fin 2010 au Sénégal pour mettre en oeuvre le projet, après plusieurs mois passés au sein du réseau de santé indien Lifespring Hospitals, dont le modèle est particulièrement inspirant.
NEST est un réseau médical sénégalais composé d’un plateau pédiatrique et d’une maternité, proposant un suivi complet de la femme et de l’enfant en bas âge. La maternité comptait un peu plus de 500 naissances en 2019. En complément des soins, NEST s’est fixé une mission de sensibilisation des jeunes femmes aux questions de santé autour de la reproduction.

I&P a investi dans NEST en 2012 à hauteur de 610 000 €. « Outre l’apport financier, I&P apporte de la légitimité, de la visibilité, ce qui donne beaucoup de force dans les relations avec les partenaires », considère Khadidiatou Nakoulima.
Bagoré Bathily
PORTRAIT : BAGORÉ BATHILY - LA LAITERIE DU BERGER (SÉNÉGAL)
Bagoré Bathily est né à Dakar, au Sénégal, où il a grandi. Après son bac, il poursuit ses études en Belgique, à l’Université catholique de Louvain-la-Neuve, pour devenir vétérinaire. Après une première expérience professionnelle en France, il retourne en Afrique, où il travaille dans un premier temps pour une ONG mauritanienne. En 2005, il crée la Laiterie du Berger pour valoriser la production de lait frais au Sénégal.

La Laiterie du Berger est la seule entreprise sénégalaise à fabriquer des produits laitiers à partir de lait frais local. L’entreprise, qui travaille avec 800 éleveurs partenaires, s’engage pour la construction d’une filière locale forte, pour contrer la concurrence du lait en poudre importé. Les produits de la Laiterie du Berger sont distribués sous la marque Dolima (« Donne m’en plus » en wolof ») et la signature « Bon pour moi, bon pour mon pays ».

Partenaire de Proparco, I&P a investi dans La Laiterie du Berger en 2005 à hauteur de 925 000 €. Pour Bagoré Bathily, I&P a appuyé sa volonté « de protéger l’ancrage sénégalais de la Laiterie du Berger. »
JACO CHAN KIT WAYE
JACO CHAN KIT WAYE – INDIAN OCEAN TREPANG (MADAGASCAR)
Quand il fonde Indian Ocean Trepang (IOT), PME spécialisée dans l’aquaculture de concombres de mer, Jaco Chan Kit Waye n’en est pas à son premier coup d’essai. Après avoir suivi un double cursus à la fac d’économie et à l’INSCAE (Institut supérieur de formation en management et administration d’entreprise), il rejoint la direction financière de Salone, entreprise familiale pionnière de l’agroalimentaire. Avec son frère ainé, il fonde ensuite l’entreprise CM Export, spécialisée dans l’exportation de fruits de mer. En 1995, il reprend l’entreprise Copefrito, qui exporte du calamar et du poulpe, et s’installe à Tuléar, au sud de Madagascar.

Le projet de culture de concombre de mers arrive plusieurs années plus tard, en 2005, avec pour objectif de préserver les ressources halieutiques de la région. Jaco fonde en 2008 la société Madagascar Holothurie, devenue IOT, en association avec un partenaire local et une équipe de chercheurs universitaires.

I&P est entré au capital de Indian Ocean Trepang en 2012, à hauteur 630 000 €. « Quand I&P est entré dans notre capital en 2012, notre rapport d’équilibre avec les banques a complètement changé. On est passés dans la cour des grands », considère aujourd’hui Jaco Chan Kit Waye.
Sidi Khalifou
SIDI KHALIFOU – CDS (MAURITANIE)
Sidi est un ingénieur et un entrepreneur mauritanien formé en France. Très tôt, il fait preuve d’engagement en faveur de l’accès à l’eau et l’énergie pour tous. Il a auparavant dirigé un bureau d’étude (ECO-Qualité) qu’il a créé en 1999 et une ONG (Ecodev), deux acteurs reconnus dans le secteur du développement en Mauritanie.

Au décès de son père, il reprend l’entreprise de ce dernier, CEDS (Construction Entretien Démolition et Service, dans le bâtiment), y organise une activité nouvelle autour du développement et la renomme « CDS ».

CDS est une entreprise citoyenne œuvrant pour un accès de tous les Mauritaniens aux services d’eau et d’électricité, particulièrement dans les zones rurales les plus mal desservies par les services de base. L’entreprise occupe une position de leader dans le secteur des énergies renouvelables.

I&P a investi à deux reprises dans CDS - en 2011 et en 2016 - à hauteur de 180 000 €. Pour Sidi Khalifou, « les formations qu’I&P propose aux entrepreneurs sont exceptionnelles. Elles contribuent à créer du lien entre tous les entrepreneurs africains que le fonds accompagne. Je n’en ai raté aucune. »