Les DFI du G7 et des partenaires multilatéraux investiront plus de 80 milliards de dollars dans le secteur privé africain au cours des cinq prochaines années

publié le 14 Juin 2021
Multi-Pays Afrique
  • logo linkedin
  • logo email
Dakar de nuit
Les institutions de financement du développement (Development Finance Institutions - DFI) du G7, la SFI, la filiale de la Banque africaine de développement dédiée au secteur privé, la BERD et la Banque européenne d'investissement ont annoncé aujourd'hui qu'elles s'engageaient à investir 80 milliards de dollars dans le secteur privé africain au cours des cinq prochaines années afin de soutenir la reprise économique et une croissance durable en Afrique.

La pandémie de Covid-19 a provoqué une grave crise économique et sanitaire. Cette annonce constitue un engagement important pour soutenir les objectifs de développement à long terme des économies africaines affectées par la crise. C'est la première fois que les institutions de financement du développement du G7 se réunissent pour prendre un engagement partenarial collectif envers le continent africain.

Le FMI estime que l'Afrique subsaharienne a besoin d'un financement supplémentaire d'environ 425 milliards de dollars d'ici à 2025 pour contribuer à renforcer la lutte contre la pandémie et réduire la pauvreté dans la région.

Le ministre britannique pour l'Afrique, James Duddridge, a déclaré : "Le Royaume-Uni est fier de soutenir l'engagement pris par les dirigeants mondiaux lors du sommet du G7 d'investir plus de 80 milliards de dollars dans le secteur privé africain au cours des cinq prochaines années ».

"Cet investissement permettra de créer des emplois, de stimuler la croissance économique, de contribuer à la lutte contre le changement climatique et de combattre la pauvreté. Il intervient à un moment crucial où le continent reconstruit ses économies, gravement touchées par le Covid-19."

Nick O'Donohoe, Directeur général de CDC Group, a déclaré : "Le capital patient et de grande qualité que fournissent les institutions de financement du développement est nécessaire et urgent pour que les économies africaines puissent commencer à se reconstruire rapidement après l'impact de la pandémie. CDC s'engage à établir des partenariats d'investissement à long terme en Afrique, qui alimentent une croissance durable du secteur privé à l'appui des objectifs de développement durable des Nations unies."

Gregory Clemente, Directeur général de Proparco, a affirmé : "Le groupe AFD est engagé depuis de nombreuses années en faveur d'une croissance durable sur le continent africain. Proparco est par conséquent très fière de participer à cet effort historique pour accroître le soutien des DFIs au secteur privé africain, qui a démontré sa capacité à créer des emplois, à lutter contre le changement climatique et à améliorer l'accès aux biens et services essentiels. "

Werner Hoyer, Président de la Banque européenne d'investissement (BEI), a déclaré : "La BEI se félicite du leadership du G7 pour renforcer le soutien aux investissements à fort impact en Afrique pendant et après la pandémie. L'année dernière, l'engagement de la Banque en Afrique, dans le cadre de la Team Europe, a représenté le plus important soutien jamais apporté à l'action en faveur du climat et aux investissements dans les États fragiles en 55 ans d'activité de la BEI sur le continent. Nous sommes prêts à coopérer davantage avec les partenaires africains et multilatéraux pour lutter contre le COVID-19 et accélérer la transition verte en Afrique."

Makhtar Diop, Directeur général de IFC, a déclaré : "Assurer une relance inclusive et durable pour les personnes, les entreprises et les économies en Afrique, en coordination avec nos partenaires de développement, est au cœur du mandat de développement de IFC aujourd'hui. Nous savons que le secteur privé jouera un rôle majeur dans le financement de l'avenir de l'Afrique en créant des millions d'emplois qui sont essentiels pour assurer une croissance économique soutenue et la réduction de la pauvreté. Nous nous félicitons donc de cet important partenariat et sommes fiers de fournir des financements et de travailler avec des partenaires pour aider à créer les conditions favorables à l'accroissement des investissements privés en Afrique."

David Marchick, Directeur des opérations de Development Finance Corporation (DFC), a déclaré : "Sous la direction du président Biden, investir davantage en Afrique est une priorité majeure pour DFC dans l'accomplissement de son mandat de développement. DFC est fière de doubler son engagement envers l'Afrique aux côtés de ses partenaires du G7 et multilatéraux et continuera de donner la priorité aux investissements dans la fabrication de vaccins, à la réponse au COVID-19, à l'atténuation et à l'adaptation au changement climatique, et à l'égalité des sexes sur le continent africain. "

Dario Scannapieco, Directeur général de la Cassa Depositi e Prestiti (CDP) a déclaré : " Une collaboration plus étroite entre les Institutions Financières de Développement et les partenaires multilatéraux est un facteur essentiel pour favoriser une reprise économique et une croissance durable en Afrique. La CDP se réjouit de contribuer à ce partenariat stratégique, qui soutient le continent africain dans le développement de son secteur privé entrepreneurial et financier, afin de libérer son immense potentiel inexploité."

Solomon Quaynor, vice-Président de la Banque africaine de développement, chargé du secteur privé, des infrastructures et de l'industrialisation, a ajouté : "Nous nous félicitons de ce partenariat mondial et de l'occasion qui nous est donnée d’en être la voix africaine, alors que l'Afrique se reconstruit mieux et avec audace.  Notre priorité sera de créer des emplois, en particulier pour les jeunes et les femmes, en mettant l'accent sur l'industrialisation de l'Afrique, soutenue par la zone de libre-échange continentale africaine. Compte tenu de l'écart entre les estimations du FMI et les engagements de ce partenariat, nous chercherons à mobiliser les partenaires africains du développement, ainsi que l'épargne africaine provenant des fonds souverains, des pensions et des pools d'assurance, dont les actifs sont estimés à 1 800 milliards de dollars."

Selon Heike Harmgart, Directrice générale de la BERD pour le sud et l'est de la Méditerranée : "L'exploitation du potentiel du secteur privé est essentielle pour soutenir la prospérité en Afrique et répondre aux besoins de développement du continent. Dans les pays d'Afrique du Nord où nous travaillons – en Égypte, au Maroc et en Tunisie - nous avons investi plus de 11,5 milliards d'euros en seulement 9 ans, en nous concentrant sur la stimulation du secteur privé, le développement d'infrastructures vertes durables et la promotion de la participation des jeunes et des femmes à l'économie. Nous poursuivrons nos efforts pour développer les opportunités d'investissement du secteur privé à grande échelle dans la région, en étroite collaboration avec d'autres acteurs du développement."

Enfin, Monika Beck, membre du conseil d'administration de la DEG, a rappelé : "Nombre de nos pays partenaires en Afrique ont été durement touchés par la pandémie. Nous avons rapidement développé de nouveaux services pour soutenir les PME du secteur privé et aider à protéger les emplois et les moyens de subsistance. En Afrique, la DEG s'est toujours particulièrement engagée dans la création de perspectives pour les jeunes, dont le nombre est en croissance. En plus de l'impact immense et continu du Covid-19, nous nous attendons à une nouvelle accélération des défis liés au développement tels que la numérisation et le changement climatique. C'est pourquoi la DEG est heureuse et fière de faire partie de cette initiative".

Chaque DFI a ses propres critères d'investissement basés sur une évaluation des besoins pour avoir un impact sur le développement dans de nombreux secteurs. Les DFI jouent un rôle important en aidant à construire des marchés, à atténuer les risques et à ouvrir la voie à d'autres investisseurs pour pénétrer de nouveaux marchés.

Le groupe des DFIs du G7 est composé de Proparco (France), CDC (Royaume-Uni), JICA et JBIC (Japon), DFC (USA), FinDev Canada (Canada), DEG (Allemagne) and CDP (Italie). Cet engagement est également soutenu par IFC, la Banque africaine de développement, la Banque européenne pour la reconstruction et le développement (BERD) et la Banque européenne d’investissement (BEI).