• logo linkedin
  • logo email
Sunref II
En partenariat avec Bank of Palestine et Cairo-Amman Bank, Proparco et l'Union européenne lancent la deuxième phase du programme de finance verte Sunref Palestine. Une initiative qui vise à aider les banques locales à stimuler un marché naissant en augmentant leurs prêts aux projets d'énergie verte. Éclairages et précisions de Nura Treish, chargée d’affaires à Proparco en Palestine.

Sunref II Palestine constitue le premier partenariat entre Proparco et l’Union européenne (UE) en matière de finance climat. En quoi consiste ce programme ?

Nura Treish
Nura Treish

Nura Treish (chargée d’affaires à Proparco en Palestine) : Quand il s'agit du changement climatique, dans un pays comme la Palestine qui présente ses propres défis en termes d'approvisionnement énergétique mais aussi politiques et économiques, il est pertinent d’encourager la finance climat en associant les fonds de l'Union européenne avec les financements de Proparco et ce, pour favoriser l'investissement. Sunref II Palestine est composé de prêts Proparco couplés à des subventions de l'UE pour fournir des incitations à l'investissement aux PME palestiniennes et un accompagnement technique (AT) aux parties prenantes du projet.

Quels sont les impacts attendus de Sunref II Palestine ?

Sunref II Palestine poursuit la phase réussie du programme Sunref I, menée par l'AFD dans le pays. Celle-ci a permis de démontrer l’existence d’un marché pour les énergies vertes en Palestine et un engouement certain pour celles-ci. Sunref II Palestine va cibler en particulier les projets d'efficacité énergétique susceptibles d'avoir un impact réel sur la réduction des émissions de gaz à effet de serre. Le programme ambitionne également d’aider les PME palestiniennes à gagner en performance et à se développer dans un contexte économique difficile. En termes d’impacts, le projet devrait contribuer à l'apport de 55 GWh en énergies renouvelables et 40 GWh en efficacité énergétique, et bénéficier à 350 utilisateurs, pour la plupart des PME palestiniennes.

Quelles sont les prochaines étapes de Sunref II Palestine ?

Nous abordons la phase finale du lancement commercial du programme ; les activités de prêts bancaires devraient démarrer au cours du 2e trimestre 2022. Il reste encore deux étapes : la première concerne la commercialisation et la sensibilisation du projet et de ses avantages auprès des investisseurs et des PME palestiniennes. La seconde étape va consister à finaliser le cadre d'accompagnement technique et le niveau des subventions, en lien avec l'UE et le fournisseur d'AT – afin d’aider les banques participantes à constituer une réserve solide de projets d'efficacité énergétique.

Comment Proparco contribue-t-elle à l’efficacité du projet Sunref II Palestine ?

Proparco a su, au fil du temps, construire des liens stratégiques avec les institutions financières palestiniennes, en établissant avec elles une relation de confiance. Cela a permis de presque doubler les crédits du programme Sunref (55 millions de dollars pour Sunref II Palestine contre 35 millions lors de la première phase) ainsi que le nombre de banques. La compréhension de Proparco des secteurs financiers palestiniens et des infrastructures locales a permis de mettre en place un projet pertinent, ciblé sur les véritables difficultés et les obstacles à l'investissement.

Quels sont les éléments déterminants d’un projet de finance climat ? Comment l’expertise de Proparco répond-elle à ces impératifs ?

On ne peut pas créer de solutions efficaces sans une bonne compréhension des enjeux. Si Sunref a été lancé par le groupe AFD dans d'autres zones géographiques, notre capacité à adapter le projet aux besoins du marché palestinien et à comprendre ses enjeux sera cruciale pour la suite. De la même manière, je crois qu'il faut être capable de s'améliorer en permanence et prendre en compte les retours des parties prenantes du projet (banques partenaires, emprunteurs, etc.). Les leçons apprises de Sunref I ont été capitales dans la création de Sunref II Palestine.

Il est également nécessaire de mettre en place des cadres collaboratifs et des partenariats permettant la maximisation des impacts visés. La participation de l'UE en est un exemple saillant. Dans un contexte où les ressources s'avèrent limitées, il est important de les exploiter de la meilleure manière afin d'avoir un impact réel.