5,4 %
de la population africaine est couverte
647 MUSD
de prime de micro-assurance
61,9 millions
de personnes assurées
Le caractère immatériel de l’assurance masque son rôle dans le développement économique. Elle contribue pourtant à stimuler la croissance, à accroître la résilience des économies locales et des ménages, à favoriser la redistribution. Et, grâce aux primes d’assurances collectées réinvesties, elle stimule l’activité financière. Pour réaliser le potentiel que représente l’assurance en Afrique, les acteurs du secteur sont au défi de repenser leurs produits et leurs canaux de distribution en adéquation avec les caractéristiques des marchés locaux.

on donne une somme d'argent aujourd'hui pour couvrir un risque qui arrivera éventuellement demain. Pourtant, elle a toujours existé. Elle est aujourd’hui  proposée par des organisations traditionnelles, des sociétés privées ou les pouvoirs publics. En Afrique, les outils classiques d’« auto-assurance », conçus pour transférer et gérer les risques collectivement, prennent souvent la forme d’une épargne communautaire supervisée par un « sage » ou régie par des rapports hiérarchiques et sociaux plus complexes. Partager les risques et les ressources pour aider des personnes en difficulté est courante en Afrique. Outre les tontines, des organismes à but non lucratif ou basés sur l’adhésion, comme les sociétés funéraires en Afrique du Sud ou les « iddirs » pour les petits agriculteurs en Éthiopie, ont développé des dispositifs de partage des  risques pour les personnes sans accès à une assurance formelle.

map

 

hommse, menuiserie,acep
PRO_ASSURANCES
phases
1

Vecteur de croissance

Prise de risque facilitée. Impact positif sur les taux d’intérêt, l’offre de crédit et les modalités financières.

2

Vecteur de stabilité

Au niveau économique : protection des sources de revenu et renforcement de la résilience post-catastrophe. Au niveau financier : approche à long terme.

3

Vecteur de redistribution

Mise en commun et mutualisation des risques : l’assurance répartit les risques entre générations et individus.

3 questions à richard Lowe
Richard Lowe, PDG d’Activa, acteur majeur de l’assurance en Afrique dans lequel Proparco a investi 10 millions d’euros en fonds propres en 2016.