• logo linkedin
  • logo email
Clientes de l'institution de microfinance ACME
En accordant une ligne de crédit de 3 millions d’euros à une institution engagée dans le financement des microentreprises et PME en Haïti, Proparco témoigne de sa conviction que le secteur privé est un acteur fondamental de résilience dans les pays fragiles.

Malgré le contexte politique et socio-économique dégradé d’Haïti en 2019, le secteur privé résiste et continue d’investir dans le pays. Les entreprises privées jouent ainsi un rôle majeur dans le développement du pays le plus pauvre de la région, dont l’Indice de Développement Humain (IDH) compte parmi les plus faibles au monde (168ème rang sur 189 pays).

Dans ce pays où près de 70% de la population active est composée de micro-entrepreneurs, l’inclusion financière est encore très inférieure à la moyenne de la région et l’accès au crédit particulièrement limité. L’accès aux services financiers et l’augmentation du taux de pénétration de la microfinance demeurent donc des enjeux majeurs de développement en Haïti.

Dans ce contexte, Proparco a signé une ligne de crédit de l’équivalent en dollars de 3 millions d’euros avec l'institution de microfinance haïtienne ACME qui sera convertie en gourdes à l’aide d’un back to back structuré avec la banque centrale d’Haïti. Créée en 2009, ACME est la 2ème institution de microfinance haïtienne par le nombre de clients servis. Elle sert aujourd’hui plus de 33 700 clients composés exclusivement de micro-entrepreneurs et de PME. Par son action, elle contribue de manière significative au développement de l’inclusion financière, en zones urbaines comme en zones rurales. Institution de microfinance responsable, ACME a adhéré à la SMART Campaign sur les Principes de Protection de la Clientèle.

Le groupe AFD appuie ACME depuis 2004 à travers la mise en place d’une garantie ARIZ facilitant son accès au refinancement bancaire local. ACME est financée par Proparco depuis décembre 2013 à travers une ligne de crédit de 3 millions d’euros accompagnée d’une assistance technique de 22 000 dollars pour améliorer la gestion des risques de l’institution de microfinance.