Les PME subsahariennes génèrent près de
60 %
des emplois et un tiers du PIB de la région. Pourtant, elles restent exclues du système bancaire
89 %
des TPE/PME n’ont pas accès au crédit ou n’y ont pas recours.
554 M€
ont été engagés par Proparco en faveur du secteur financier dans le monde en développement en 2015.
AFRIQUE SUBSAHARIENNE — Avec une croissance moyenne de plus de 5 % par an depuis 2000 l’Afrique subsaharienne figure parmi les régions les plus dynamiques au monde. L’exportation de matières premières, l’amélioration des politiques macroéconomiques et l’émergence d’une classe moyenne expliquent en partie ces performances. Mais le continent a besoin de diversifier ses moteurs de croissance et, pour cela, de pouvoir compter sur des institutions financières performantes, capables d’aider les entreprises, et notamment les PME, à investir.

Depuis les années 1990, les systèmes financiers africains (l’ensemble des institutions fournissant des ressources aux acteurs économiques – banques, bourses de valeurs, institutions de microfinance, etc.) ont profondément évolué. Longtemps dominé par quelques acteurs et fragilisé par des crises répétées de liquidité et de solvabilité, le secteur s’est progressivement assaini et approfondi. Profitant d’un environnement mieux régulé, des banques privées, résilientes et efficientes, ont pu se développer et offrir de nouveaux services et instruments financiers aux entreprises et aux particuliers. Certaines se sont engagées dans des stratégies de régionalisation, qui leur font atteindre une taille critique et renforcent leur capacité à financer des projets d’envergure comme les infrastructures.

Les PME subsahariennes génèrent près de 60 % des emplois et un tiers du PIB de la région. Pourtant, elles restent exclues du système bancaire.

TABLEAU

 

The Akuapem Rural Bank Ltd., founded in 1980, in the town of Mamfe, Ghana, June 19, 2006
PRO_BANQUES
Machava BCI Bank Autobank Counter staff. Mozambique
LES PME, UNE CLIENTÈLE JUGÉE TROP RISQUÉE
L’accès au financement reste néanmoins un obstacle à l’activité de la moitié des PME subsahariennes, encore perçues par certaines banques comme une clientèle trop risquée. Ces 50 millions de PME africaines jouent un rôle clé dans les économies locales : elles génèrent près de 60 % des emplois et un tiers du PIB de la région (source : IFC). Sur le continent, les financements font également défaut au développement des infrastructures (énergie, eau, transports, télécommunications, etc.). En attendant, les besoins, eux, s’accroissent : ils sont estimés à 80 milliards d’euros par an. Enfin, autre indicateur important, deux adultes sur trois n’ont pas de compte en banque et, par conséquent, pas accès aux services financiers. Pourtant, c’est bien la possibilité d’épargner, de contracter un crédit ou de s’assurer qui permet de développer une activité productive, d’acquérir un logement ou de se protéger face à des risques de maladie. Malgré les avancées notables de ces 20 dernières années, les banques locales restent limitées dans leur capacité à fournir des prêts importants à long terme. Elles le sont également pour évaluer des projets complexes, tels que les partenariats public-privé. Le marché des obligations, autre pourvoyeur de ressources à long terme, demeure quant à lui à un stade initial de développement.
Business colleagues review information on computer screen. Ghana
DES INTERMÉDIAIRES FINANCIERS PARTENAIRES DES ODD ?
Pour réaliser les Objectifs de développement durable (ODD) adoptés par les Nations unies en 2015, le rôle des intermédiaires financiers est essentiel. En particulier, leur capacité à mobiliser des ressources et à développer leur offre de services en faveur des PME, des projets d’infrastructure et des particuliers. Proparco, à l’instar de ses homologues, accompagne les banques dans cette perspective. Elle les aide à mieux appréhender le risque de crédit lié aux PME par la mise en place d’outils d’analyse spécifiques, elle leur fournit des ressources longues (jusqu’à 20 ans) en monnaie locale ou en devises (euro ou dollar) nécessaires au financement des investissements et elle les soutient dans leur stratégie d’inclusion financière. Proparco contribue également à renforcer la capacité de banques à financer des investissements dans les énergies renouvelables, l’agriculture ou la santé – peu investies par les banques commerciales –, en leur accordant des lignes de crédit dédiées. Les bailleurs de fonds peuvent également contribuer à l’expansion des marchés de capitaux, en garantissant les émissions de dette. Proparco est, par exemple, habilitée à garantir les opérations financières sur le marché de l’Union monétaire ouest africaine (UMOA). Avec 39 entreprises cotées et une capitalisation de 1,17 milliard d’euros, la Bourse régionale des valeurs mobilières (BRVM), commune aux huit pays de l’UMOA, a vocation à faciliter l’accès des entreprises aux ressources nécessaires à leur croissance
Traders work on the floor of the Ghana Stock Exchange in Accra, Ghana, June 15, 2006
DIFFUSER DES PRATIQUES RESPONSABLES
Acteurs essentiels des économies africaines, les intermédiaires financiers jouent également un rôle important dans la diffusion de pratiques responsables auprès des entreprises qu’ils financent. À cette fin, Proparco les aide notamment à mettre en place des systèmes de gestion des risques environnementaux et sociaux liés à leur activité et à celle des sociétés de leur portefeuille, à adopter des principes de protection des clients de la microfinance, ou encore à lutter contre le blanchiment des capitaux et le financement du terrorisme.
Source : IFC Enterprise Finance Gap Database.
femmes, téléphone
La National Microfinance Bank mise sur les services mobiles et les PME
En Tanzanie, seuls 6 % des adultes et 8 % des PME ont accès au crédit bancaire. Créée en 1997, la National Microfinance Bank (NMB) cherche à retourner cette tendance : en cinq ans, elle a doublé son nombre de clients particuliers et étendu son réseau d’agences en zone rurale, jusqu’à devenir la première banque du pays. Elle ambitionne aujourd’hui de développer sa clientèle PME, ainsi que de nouveaux services de mobile banking pour faciliter les transactions des personnes qui n’ont pas accès aux agences ni aux distributeurs. La NMB veut également étendre son programme d’éducation financière destiné aux écoliers : une meilleure connaissance des produits et des risques financiers les aidera à mieux appréhender leur environnement économique et à faire des choix raisonnés.
Aux côtés de son homologue néerlandais, le FMO, Proparco a accordé un prêt de 30 millions de dollars pour soutenir le déploiement de cette stratégie de la NMB.
Accès au crédit / Source de financement pour les TPE/PME en Afrique subsaharienne
TABLEAU