Sotramac des bus écolo pour la perle des Caraïbes colombienne

Sotramac - Couloir excusif pour les bus de Transcaribe
Colombie
Carthagène
Avec Sotramac,
des bus écolo
pour la perle des Caraïbes colombienne
140.000
usagers chaque jour
plus de
100
bus en circulation
24 M€
investis par Proparco en 2018
À Carthagène des Indes, sur la côte caribéenne de Colombie, un système de bus a été mis en place avec des couloirs exclusifs et un fonctionnement au gaz naturel. Une petite révolution pour cette ville où l’explosion touristique a rebattu la carte démographique. Reportage.

Carthagène est considérée comme une petite ville avec son million d’habitants. Il faut à peine parcourir 10 km pour la traverser. Les défis que connait la ville de Carthagène en termes de transport sont très grands notamment pour ceux qui ont investi les quartiers excentrés, traditionnellement oubliés des aménagements publics.

La mise en place de couloirs de bus a permis de réduire de plus de moitié les temps de trajets. Pour en arriver là, il a fallu sortir de la circulation ce que l’on appelle communément ici les « busetas », des petits bus qui sont souvent dangereux et inconfortables, en plus d’être très polluants car fonctionnant au diesel. En 2016, la ville comptait 1 590 busetas, dont 900 ont déjà été retirés de la circulation. 

Aujourd’hui Sotramac permet le déplacement de 140 000 usagers chaque jour. L’objectif est d’atteindre les 450 000 voyageurs quotidiens courant 2021.

La ville comptait 1590 busetas en 2016
colombie anciens bus retirés de la circulation
900 bus polluants ont déjà été retirés de la circulation
Sotramac - voyageurs en station
Sotramac - Conducteur de bus de Transcaribe à Carthagène
Colombie - Sotramac - conducteur de bus à Carthagène
Colombie - Sotramac - Heliosnet Teherán -  Chauffeur de Bus
Carthagène, une ville où la mobilité est un enjeu majeur
« J’aime saluer les passagers qui montent dans mon bus en leur disant ‘bonjour et bienvenu à bord ! »

Et c’est en effet avec un grand sourire, et cette chaleur si particulière de la côte caribéenne, qu’Heliosnet Teherán reçoit les voyageurs à bord de son véhicule.

Il faut dire que si dehors on souffre des 35 degrés qu’affiche le thermomètre, à bord du bus il fait frais et les mouvements sont fluides. Les couloirs de bus qui ont été aménagés par l’entreprise de transport Transcaribe permettent de narguer les voitures à l’arrêt, dans des embouteillages qui paraissent interminables.

Car la belle Carthagène connait ces dernières années de véritables problèmes de mobilité : la fraicheur et le calme du bus d’Heliosnet sont rarement associés à son trafic quotidien. Accrochée au bord de la mer des Caraïbes, cette magnifique ville coloniale fait l’orgueil touristique de la Colombie. Pourtant, le revers de la médaille de cette explosion touristique n’est pas sans conséquence. En effet, plus le tourisme s’installe, plus les populations les plus modestes du centre-ville historique doivent s’éloigner de celui-ci. Les prix se sont envolés et les Carthagénois se rabattent vers les quartiers périphériques de la ville pour se loger. Les conséquences sur la mobilité ne se sont pas fait attendre : comme dans de nombreuses villes colombiennes, Carthagène est en proie à des embouteillages quotidiens monstrueux.
Sotramac - Couloir exclusif pour les bus de Transcaribe
Désenclaver certains quartiers et réduire les temps de trajet
Les défis que connait la ville de Carthagène en termes de transport sont très grands notamment pour ceux qui ont investi les quartiers excentrés, traditionnellement oubliés des aménagements publics.

Pour pallier ce manque, des systèmes de taxis partagés se sont développés, de même que les motos taxis qui envahissent désormais les voies. Dans la zone industrielle qui brasse chaque jour des centaines de travailleurs, les entreprises ont dû mettre en place des systèmes de ramassage afin de permettre aux employés de se rendre sur le lieu de travail.

Aujourd’hui Sotramac permet le déplacement de 140.000 usagers chaque jour mais le programme ne s’arrête pas là. À l’horizon 2021, il est prévu une augmentation de la flotte des bus ainsi que des lignes : « Pour le moment nous ne sommes qu’à 40% de notre objectif, explique Alfonso Mendoza, directeur administratif de Sotramac. Il est envisagé que nous augmentions le nombre d’usagers à 450.000 par jour grâce à une augmentation de notre flotte mais aussi des lignes. Cet objectif est important car la ville elle-même ne cesse de croître. »

L’avantage de ce système de couloir exclusifs est que, non seulement il peut désenclaver certains quartiers de la ville, mais aussi réduire considérablement le temps de voyage.
Sotramac - Sergio Martinez Coordinateur de l’entretien
Un système de transport avec des véhicules au gaz
L’autre avantage apporté par ce nouveau système est le fonctionnement des véhicules au gaz. De cette façon, les émissions de particules polluantes ont pu être réduites de 99%. Sergio Martinez est le coordinateur de l’entretien des véhicules et gère l’atelier de réparation : « Le fait de travailler avec des bus qui fonctionnent au gaz naturel change tout ! Et surtout du diesel… Certes nous devons suivre un protocole de sécurité un peu plus contraignant au moment de remplir les réservoirs des bus puisque nous travaillons avec du gaz sous pression. Cela implique une plus grande technologie et parfois une hausse de la consommation en raison de l’utilisation de l’air conditionné à bord des véhicules. Mais les résultats au niveau de la qualité de l’air de la ville se sont inversés. »

Et la région côtière de la Colombie est justement productrice en gaz naturel ce qui facilite tout particulièrement l’approvisionnement des engins, d’autant que le gaz reste bien moins cher que l’essence ou encore le diesel. Avec un plein par jour, les bus peuvent parcourir jusqu’à 300 km et Transcaribe a pu bénéficier d’une suppression de la TVA au moment de l’achat des véhicules grâce à son engagement pour la protection de l’environnement.

Le passage du diesel au gaz a également des répercussions pour les chauffeurs qui se sentent plus à l’aise dans leur conduite. Heliosnet : « Le gaz nous permet de conduire des véhicules automatiques, à la différence des busetas traditionnelles qui roulent au diesel. Du coup, on se concentre sur l’espace et le mouvement du bus mais plus sur les changements de vitesse. On est plus concentré sur l’environnement des voies et le bien-être des passagers. »
Colombie - Sotramac - Sotramac Nettoyage des bus avec de l’eau recyclée
Renforcer les bonnes pratiques environnementales et sociales
Respecter l’environnement tout en faisant des économies, Sotramac le réalise dans les moindres détails. Autre exemple, le lavage des bus qui se fait également de façon durable. L’eau utilisée pour le nettoyage quotidien des véhicules, aussi bien à l’extérieur qu’à l’intérieur, est recyclée grâce à un système de filtration des eaux usées qui permet de restreindre au maximum l’utilisation du précieux liquide, notamment dans cette région si sèche.
Sebastián Nieto : « Le fait de recevoir un prêt d’une entité comme Proparco nous a poussé à renforcer les aspects sociaux et environnementaux de notre société. Cela faisait partie de notre politique mais du coup nous sommes allés encore plus vite. »

Proparco a accordé un prêt de 24 M€ en 2018.
Colombie - Sotramac - Sebastian Nieto PDG
Un nouveau système de transport qui est un modèle pour l'Amérique latine
La croissance de Sotramac a été très rapide. Il y a 4 ans, la société comptait une flotte de 22 bus. Aujourd’hui, on en compte 102 et d’ici un an et demi il devrait y en avoir 224 malgré les défis à la fois humains et logistiques, Sebastián Nieto reste confiant : « Nous travaillons sur un modèle qui a débuté il y a 16 ans à Bogota, avec le Transmilenio. Nous avons pu nous inspirer des succès mais aussi des erreurs de ce modèle et nous sommes fiers d’être un exemple pour la Colombie mais également pour toute l’Amérique Latine. »

Pour Humberto Ripoll, PDG de Transcaribe, ce système est une façon de redonner de la dignité aux transports publics de sa ville, notamment grâce à un accès pour les personnes handicapées. De plus, la mise en place de ce système a pu se faire grâce à une alliance entre des partenaires à la fois publics et privés. Un tour de force qui n’était pas gagné mais qui, selon Ripoll, est un véritable succès : « Proparco nous a donné sa confiance, non seulement à nous Transcaribe, mais également à la ville de Carthagène. Son appui pour un système de transport public est un geste fort car c’est aussi appuyer la protection de l’environnement qui est la question de tous. »
Reportage

À Carthagène en Colombie, un système de bus a été mis en place avec des couloirs exclusifs et un fonctionnement au gaz naturel. Une petite révolution pour cette ville d’un million d’habitants. Reportage avec Sotramac, partenaire de Proparco.