• logo linkedin
  • logo google plus
  • logo email
3 questions à Matthew Boadu Adjei
Le fonds Oasis Africa Fund (OAF) investit dans des PME, au Ghana et en Côte d’Ivoire, qui permettent d’améliorer l’accès à des biens et services essentiels pour les populations vulnérables. Pour soutenir cette démarche, le groupe AFD y a investi 7 millions de dollars au moyen de la facilité « Social Business » de FISEA, le fonds d’investissement et de soutien aux entreprises en Afrique, détenu par l’AFD et conseillé par Proparco.
pays / région: Afrique Côte d'Ivoire Ghana
disponible aussi en : fr en
  • Vulnérabilités et crises : quels rôles pour les entreprises?

    Plus de deux milliards de personnes dans le monde vivraient dans des pays dans lesquels le développement est entravé par des situations de fragilités, des conflits ou des violences. Et les prévisions ne sont guère optimistes : la proportion des régions connaissant une concentration
    d’extrême pauvreté, terreau fertile des situations de violences, devrait bondir d’ici 2030, passant de 17 % actuellement à près de 50 %. L’Organisation de développement et de coopération économique (OCDE) a, quant à elle, annoncé dans son rapport 2016 sur les « États de fragilité » que 2014 a été « la deuxième année la plus meurtrière depuis la fin de la Guerre froide. » Ainsi, la multiplication des crises, qu’elles soient d’origine naturelle ou provoquées par l’Homme, et les répercussions qu’elles engendrent font de la thématique des pays fragiles un sujet au coeur des préoccupations actuelles.
    publié le
    2017

    Video - Vulnérabilités et crises, numéro 27 de la revue de Proparco

    Dans son numéro de juin à septembre 2017, intitulé « Vulnérabilités et crises : quels rôles pour les entreprises ? », la revue Secteur Privé & Développement s’intéresse aux différents enjeux qui découlent de l’intervention et de l’investissement des acteurs du secteur privé dans les pays fragiles. Avec des prévisions à la hausse des zones où se concentre l’extrême pauvreté sur la planète (17 % actuellement, contre 50 % prévue d’ici 2030), cette thématique est plus que jamais l’un des centres d’attention de Proparco.
    publié le
    2017

    Social Business: Entreprendre et Investir Autrement

    Entre la logique du don et celle de la maximisation du profit émerge depuis quelques années une voie intermédiaire : celle du social business. L’idée repose sur un double constat. D’une part, les pouvoirs publics et la société civile peinent – notamment dans les pays pauvres – à résoudre certaines problématiques, comme l’insécurité alimentaire, le manque d’accès à la santé, à l’eau, à l’énergie ou à un logement digne. De l’autre, la logique de maximisation du profit montre ses limites en accentuant par exemple la pression sur les ressources, en contribuant au réchauffement climatique ou à l’accroissement des inégalités.

    publié le
    2016
  • sur la même région