• logo linkedin
  • logo google plus
  • logo email
Green Climate Fund
Plus de 750 millions de dollars US alloués pour accroître les financements climat des institutions financières locales dans 17 pays.

A quelques semaines de la COP 24, le Groupe Agence française de développement (AFD) lance un programme d’envergure intitulé « Transformer les systèmes financiers pour le climat », en partenariat avec le Fonds Vert pour le climat (FVC). Ce programme, de plus de 750 millions de dollars US, marque l’ambition pionnière du groupe AFD de mettre en œuvre l’Accord de Paris en accélérant la réorientation des flux d’investissement vers un développement à faibles émissions et résilient aux changements climatiques.

Une démarche ambitieuse de partenariat en faveur du climat

En conformité avec les objectifs stratégiques des deux institutions en matière de climat et d’accompagnement des  systèmes financiers locaux, le groupe AFD et le FVC lancent un programme d’ampleur inédite. Ce programme vise à accompagner la transformation des systèmes financiers locaux pour lutter contre le changement climatique, en mettant à disposition des pays les ressources concessionnelles du FVC et en capitalisant sur la longue expérience du groupe AFD en matière de finance climat dans les pays du Sud.

Le Conseil d’Administration du FVC a approuvé une contribution de 280[1] millions de dollars US à ce programme d’un montant total de plus de 750 millions de dollars US. C’est l'une des plus importantes contributions financières du FVC depuis son opérationnalisation en 2015.

Transformer les pratiques locales de financement pour le climat

L’objectif premier de ce nouveau programme est d’encourager les institutions financières locales à faire évoluer leurs pratiques de financement en faveur de la lutte contre le changement climatique. Au total 17 pays en développement et émergents bénéficieront de cet appui, avec une forte concentration sur l’Afrique2.

Le programme, qui sera mis en œuvre pendant 6 ans, s’inscrit dans une démarche flexible en mettant à disposition des ressources financières et une assistance technique adaptées aux besoins des institutions financières et de leurs bénéficiaires. Ces appuis financiers et techniques seront ainsi destinés à des banques et des institutions de microfinance publiques et privées locales, pour leur permettre de financer des projets générant de forts bénéfices climat portés par des entreprises, des coopératives agricoles ou des ménages. Le programme accorde par ailleurs une forte importance aux projets d’adaptation puisque 40% des financements leur seront dédiés.

Un double angle d’attaque : le climat et le développement durable

La mise en œuvre à la fois de l’Accord de Paris et des Objectifs de Développement Durable sont au cœur de la démarche. En favorisant la redirection des flux financiers vers des investissements bas-carbones et résilients, le programme aura des impacts tant en matière de lutte contre les changements climatiques qu’en matière de lutte contre la pauvreté et les inégalités.

Les institutions financières partenaires investiront en effet dans des secteurs aussi variés que les énergies renouvelables, l’efficacité énergétique, la gestion durable des ressources naturelles, ou encore l’agriculture climato-intelligente pour garantir une transformation durable et en profondeur des pratiques des acteurs locaux, cohérente avec un développement bas carbone et résilient.

« Les acteurs financiers locaux font partie de la solution pour le climat », déclare Rémy Rioux, Directeur général de l’Agence française de développement. « L’Accord de Paris prévoit la réorientation des investissements en faveur d’un développement bas-carbone et résilient. Le groupe AFD, qui s’est donné un objectif « 100% Accord de Paris », a donc imaginé une initiative inédite dans son ampleur et dans son objectif : consacrer plus de 750 millions de dollars US pour accompagner la transformation des systèmes financiers locaux dans 17 pays du Sud, essentiellement en Afrique. Pour que les projets d’atténuation et aussi d’adaptation au changement climatique trouvent des financements sur le terrain, et que les pays soient en capacité de mettre en œuvre les engagements pris à la COP21. En consacrant 280 millions de dollars US à ce projet,  le Fonds Vert pour le Climat envoie un signal fort, et confirme son rôle fondamental pour la mise en œuvre de l’Accord de Paris ».

 

[1] La contribution du FVC de 240 millions d’euros a été convertie en dollars US (1 EUR = 1.16550117 USD au 01/09/2018).

2 Bénin, Burkina Faso, Cameroun, Côte d’Ivoire, Equateur, Egypte, Kenya, Madagascar, Maurice, Maroc, Namibie, Nigéria, Sénégal, Afrique du Sud, Tanzanie, Togo, et Ouganda.