• logo linkedin
  • logo google plus
  • logo email
Couverture du numéro 29 de la revue SP&D
La révolution du numérique, le défi du financement des start-up et l'essor du capital-risque en Afrique sont au cœur du nouveau numéro de la revue Secteur privé et développement de Proparco. Pour débattre de ces enjeux et capitaliser sur l'expérience de 3 pépites qu'elle finance sur le continent, Proparco organise une table-ronde interactive le jeudi 24 mai à 10h50 sur le salon Vivatech à Paris.

Avec près de 560 millions de dollars levés par plus de 120 start-up en Afrique, l'année 2017 a signé un nouveau record en matière d'investissements en capital-risque sur le continent. Mais cette hausse est encore loin de satisfaire aux besoins de financement des start-up africaines alors que seulement 4% d'entre elles parviennent aujourd'hui à se financer. Ces start-up, souvent créées en réponse à des besoins locaux peu ou pas du tout desservis, sont pourtant génératrices d'emplois et porteuses de nouveaux modèles économiques. Elles constituent de nouveaux et puissants outils de développement pour l'Afrique. 

Le nouveau numéro de la revue Secteur Privé et Développement de Proparco se penche sur ce secteur en pleine expansion. Intitulé « Financer les start-up pour construire les économies de demain en Afrique », il met en lumière les modèles adoptés par des entreprises comme Orange et Schneider Electric, par des fonds d'investissement ou par les banques de développement pour financer le développement de ces jeunes pousses. La présentation du cycle de vie du financement des start-up et de la répartition géographique et sectorielle des investissements y mettent en lumière les opportunités et disparités actuellement rencontrées sur le continent.

La revue est consultable librement sur le blog Secteur privé et développement.

Pour approfondir cette étude, Proparco invite 3 start-up qu'elle finance à participer à une table-ronde interactive le jeudi 24 mai à 10h50 sur le stand AFD (Espace Afric@tech - Stand J08) du salon Vivatech. Ces start-up, issues de géographies et de secteurs d'activité différents, présenteront leur expérience de la recherche de financement et les opportunités qui existent pour les investisseurs en Afrique:

  • Jumo, une fintech sud-africaine qui octroie des micro-prêts sans garantie sur téléphone portable. Elle permet ainsi aux entrepreneurs de 7 pays africains de lancer ou de développer leur petite entreprise ;
  • Lynk, qui se substitue au bouche à oreille pour connecter les particuliers et entreprises avec des artisans et spécialistes du secteur informel kenyan ;
  • mSurvey, qui permet aux entreprises, universités, hôpitaux ou médias africains d'interroger directement les citoyens et consommateurs africains sur leurs habitudes ou leurs besoins via leur téléphone portable, pour une fraction du coût des enquêtes téléphoniques qui avaient cours jusqu'à présent.

Cette conférence s'inscrit dans le programme de rencontres avec des start-up africaines proposé par le Groupe Agence Française de Développement (AFD) sur le salon Vivatech.
 

Présentation de Lynk, start-up qui révolutionne le secteur informel au Kenya

Lynk est une plateforme qui met en relation particuliers et entreprises avec des spécialistes dont les compétences ont été préalablement vérifiées. Du plombier au cuisinier, de l’électricienne à la serrurière, les prestations de plus de 1 000 spécialistes dans 70 domaines différents sont d’ores et déjà accessibles sur la plateforme.

En quelques clics seulement, elles peuvent y être comparées, réservées, payées puis évaluées par les clients. Lynk est financée et accompagnée par le fonds Novastar East Africa Fund, dans lequel Proparco a investi 5.5 millions de dollars, depuis 2017.