Chandni
Inde
Le pouvoir économique des femmes stimulé par la microfinance
« Grâce à ce crédit ma vie a changé, elle est devenue meilleure. Je suis à présent plus forte. »
Chandni, 22 ans
En compagnie de Chandni, une jeune femme devenue micro-entrepreneure grâce à un microcrédit.

Chandni a 22 ans, elle est mariée depuis quatre ans. Elle vit avec son mari et leurs deux filles dans le village de Saidapur, situé à 40 minutes de la ville de Lucknow, la capitale de l’État de l’Uttar Pradesh située entre Delhi et Calcutta.


Il y a deux ans et demi, peu après la naissance de leur premier enfant, la petite famille a dû faire face à des problèmes fi nanciers. Le mari de Chandni qui travaillait dans les champs n’avait pas d’emploi régulier. Les revenus de ce dernier n’étaient pas suffi sants pour subvenir à leurs besoins, qui devaient couvrir les frais de santé, de nourriture, de logement, et d’éducation. La même année, la visite d’un employé de Sonata, dont le rôle est de faire du porte–à-porte dans les villages afin de faire connaître le microcrédit, va changer la vie de la jeune femme de manière déterminante.


À 19 ans, Chandni décide de contracter un prêt de 40 000 roupies (environ 585 euros) auprès de Sonata dans le but de monter sa propre affaire. Elle a en tête d’ouvrir une épicerie. Elle en parle à son mari et à sa famille. Tous l’encouragent à le faire.
Chandni rejoint alors un groupe de caution solidaire constitué d’autres femmes du village souhaitant bénéficier d’un crédit octroyé par Sonata. 
 

Chandni et son enfant
Réunion sur la microfinance en Inde
Les groupes solidaires
96 % des femmes qui contractent un prêt chez Sonata le font par l’intermédiaire de groupes solidaires. Ils sont généralement composés de dix à vingt membres qui se connaissent et habitent dans la même zone géographique. Cette approche de crédit est basée sur la confi ance et la solidarité des membres de chaque groupe. Les prêts sont en effet octroyés individuellement, mais chaque membre du groupe se porte garant des autres. Ce mécanisme utilise les liens sociaux existant entre les bénéficiaires afin de créer une forme de garantie sociale incitant les membres à rembourser leur emprunt.

Ces groupes solidaires se sont inspirés des tontines qui sont très populaires en Afrique Subsaharienne. Les tontines « sont des associations regroupant des membres d’un clan, d’une famille, des voisins ou des particuliers, qui décident de mettre en commun des biens ou des services au bénéfice de tout un chacun, et cela à tour de rôle. » (F. Boman, économiste). Chaque mois, tous les membres d’une tontine se réunissent, et placent une somme décidée à l’avance dans un pot commun. Chacun leur tour, ils empochent la totalité de l’argent collecté, et l’investissent dans un projet personnel.

Le groupe auquel se joint Chandni comprend une dizaine de femmes. Elles se réunissent une fois par semaine afin de faire le point sur les projets des unes et des autres, et de collecter les remboursements.
Dossiers de financement
L’accomplissement
Après avoir signé un contrat avec Sonata pour un prêt de 40 000 roupies d’une durée de deux ans, Chandni ouvre son épicerie. Le petit commerce prospère assez vite et lui permet de rembourser les échéances du crédit. La famille trouve enfin une stabilité financière. Chandni qui se départit rarement de son sourire est fière de ce qu’elle a accompli. Elle est confiante dans l’avenir. « Grâce à ce crédit ma vie a changé. Notre vie est devenue meilleure. Je suis devenue plus forte aussi. Une fois le prêt remboursé je souhaite en contracter un autre plus important pour agrandir le magasin, et l’enrichir de nouveaux produits. »
Deux commercants bénéficiaires de la microfinance en Inde
Engagement de Proparco
Proparco est entré au capital de Sonata en novembre 2016 en investissant un montant d’environ 6,5 millions de dollars. Ce projet s’inscrit dans la stratégie de Proparco d’encourager le développement de la microfinance responsable dans les pays émergents et d’accompagner des institutions de microfinance engagées en faveur de la performance sociale.

Au travers de ce projet, Proparco accompagne Sonata dans la mission qu’elle s’est donnée, à savoir : fournir aux femmes pauvres des services de microfinance de manière transparente, rapide et efficace.

Afin de s'assurer qu'elle intervient auprès de la population cible, Sonata utilise des outils d'évaluation de la pauvreté qui mesurent les conditions de vie du foyer et leur patrimoine. Sonata intègre également à ses activités les principes de protection de la clientèle (qui ont été développés par l’initiative Smart Campaign). En particulier, Sonata démontre une bonne capacité à gérer la prévention du surendettement en s’écartant des zones à fort taux de pénétration. D’autre part, en dépit d’un cadre réglementaire assez contraignant, Sonata cherche à diversifier sa gamme de produits financiers (home improvement loans, mobile banking) afin de mieux répondre aux besoins de sa clientèle et de confirmer sa place sur un marché concurrentiel.

En Inde, comme dans d’autres pays, le secteur de la microfinance, souvent très concurrentiel, est à la recherche d’un juste équilibre entre performance financière et performance sociale qui lui permettra d’assurer un développement responsable et durable.