• logo linkedin
  • logo google plus
  • logo email
Cérémonie de signature du projet China Water
Pour aider la Chine à répondre au défi posé par la gestion durable de l’eau, Proparco et son homologue allemand, la DEG, ont chacune accordé un prêt de 50 millions de dollars à China Water Affairs Group Limited (« CWA »), l’un des principaux opérateurs de ce secteur.
Ce prêt de 100M$ contribuera au développement et à la modernisation des infrastructures de gestion de l’eau dans les provinces du Jiangxi et Hubei. Il s’agit du premier projet d’infrastructure de Proparco en Chine.

Selon l’ONU, la Chine est l’un des pays les plus concernés par les pénuries d’eau. La croissance de la population, l’industrialisation et l’urbanisation rapide entrainent d’importants problèmes d’approvisionnement et de pollution dans plusieurs régions du pays.

L’entreprise CWA finance, construit et opère plusieurs concessions d’adduction d’eau potable et de traitement des eaux usées qui bénéficient à plus de 10 millions de chinois vivant dans les zones rurales et péri-urbaines. Le prêt accordé lui permettra de remettre en état ses infrastructures, d’augmenter la capacité de production des concessions récemment acquises et d’accompagner sa croissance par l’acquisition de nouvelles concessions.

Le financement participera ainsi à produire 200 000 m3 d’eau supplémentaire par jour et à développer une capacité d’assainissement additionnelle de 100 000m3 par jour. Il permettra également une meilleure connexion aux réseaux d’adduction d’eau potable et aux services d’assainissements dans les deux provinces. 
Près de 10 millions de personnes bénéficieront ainsi d’un service d’eau potable amélioré, à un tarif abordable, et respectant les normes fixées par l’Organisation mondiale de la santé (OMS).

Le projet permettra également d’améliorer le traitement des eaux usées et la collecte des boues de vidange. La réduction de la pollution due au rejet d'effluents contribuera ainsi à la protection des ressources naturelles et à la préservation de la biodiversité.

En améliorant la qualité de l’eau potable distribuée dans des zones de forte prévalence de maladies hydriques et dont les risques vont croitre sous l’effet du changement climatique, ce projet intègre par ailleurs une dimension adaptation et résilience au changement climatique car il réduira l’exposition des populations à ces maladies. 

Enfin, ce projet contribuera à la création de près de 4 100 emplois supplémentaires, qui concerneront à 40 % des femmes.